persécution Tag

 

Communiqué – 3e messe pour les chrétiens persécutés

17.10.2016 in AED Canada, Mario Bard, Messe pour les chrétiens persécutés, Persécution, Voyager avec l'AED

Aide à l’Église en Détresse Canada

3e Messe pour les chrétiens persécutés

 

Le vendredi 4 novembre prochain, l’archevêque de Montréal, Mgr Christian Lépine, présidera pour la 3e année consécutive une messe dédiée aux chrétiens persécutés, célébrée à 19 h 30, à la cathédrale Marie-Reine-du-Monde de Montréal. En collaboration avec Aide à l’Église en Détresse Canada, cet événement se veut un moment de solidarité spirituelle avec ceux et celles qui, jour après jour, subissent la persécution à cause de leur croyance religieuse.

 

« Notre rapport sur la liberté religieuse sort le 15 novembre prochain », indique Marie-Claude Lalonde, directrice d’Aide à l’Église en Détresse au Canada. « Cet instrument d’information rappelle que, lorsque l’on parle de religion, la persécution n’est souvent pas bien loin. De plus, il semble que la situation ait empiré dans 11 pays qui étaient déjà en observation lors de la publication du précédent rapport en 2014. »

 

« Malheureusement, aux côtés de leurs frères et sœurs d’autres traditions religieuses, ce sont les chrétiens qui sont les premières victimes de la persécution », ajoute la directrice. « Un temps de prière qui leur est accordé de la part de leurs coreligionnaires catholiques est la moindre des choses, et nous sommes très reconnaissants à Mgr Lépine pour ce temps essentiel de réflexion et d’union spirituelle entre ceux qui souffrent de persécution, et ceux qui jouissent d’une des plus grandes libertés religieuses! », estime Mme Lalonde.

Symbole de cette persécution, à Bagdad en Irak : les tuniques des deux jeunes prêtres assassinés en pleine célébration de la messe, le dimanche 31 octobre 2010, basilique Notre-Dame-du-Sauveur. (photo : Father Yoannis Lahzi Gaid

Symbole de cette persécution, à Bagdad en Irak : les tuniques des deux jeunes prêtres assassinés en pleine célébration de la messe, le dimanche 31 octobre 2010, basilique Notre-Dame-du-Salut. (photo : Father Yoannis Lahzi Gaid)

 

Un trio de jeunes musiciennes et chanteuses – dirigé par l’auteure-compositrice-interprète Marie-Jeanne Fontaine – animera la partie musicale de la messe. « Nous espérons que plusieurs autres jeunes se joindront à nous. Nous leur lançons un appel spécial à devenir de plus en plus solidaire de leurs frères et sœurs dans la foi », conclut Mme Lalonde.

La cathédrale Marie-Reine du Monde se trouve au 1085 rue de la Cathédrale,
métro Bonaventure. Pour plus d’informations, téléphoner au 514-932-0552, ou bien au numéro sans frais : 1-800-585-6333. Merci de partager cette information dans vos réseaux!

 

 

 

 

 


 

Communiqué – Vigile pour les chrétiens persécutés dans le monde

02.05.2016 in #callitgenocide, ACN Canada, Communiqué, Génocide, liberté religieuse, Moyen-Orient, Persécution

 

Saint-Sauveur, Québec

Première vigile de prière pour les chrétiens persécutés

Montréal, 2 mai 2016 – La première vigile de prière pour les chrétiens persécutés à se tenir dans les Laurentides a été un vif succès. Regroupées à l’église de Saint-Sauveur-des-Monts, près de 200 personnes ont participé à la soirée organisée par une douzaine de paroisses des « pays d’en haut », et regroupées sous le nom d’Étincelle des Laurentides. Aide à l’Église en Détresse Canada (AED) a également contribué à la réalisation de l’évènement par sa promotion, en donnant de l’information au groupe, et en étant présente lors de la vigile. Une collecte a permis d’amasser un peu plus de 1 600 $, somme destinée aux chrétiens du Moyen-Orient.

 

Vigile 4

« Soirée remplie d’émotions, très réussie, merci aux organisateurs ! », écrit un internaute, sur la page Facebook d’AED Canada. Un sentiment unanimement partagé par les participants qui ont pu, en trois parties distinctes, prendre le pouls de l’ampleur de la tragédie que vivent 75 % des victimes de persécution religieuse : des chrétiens.

 

Dans un témoignage vidéo, Mgr Jean-Clément Jeanbart, archevêque de l’Archéparchie grecque catholique melkite d’Alep en Syrie, a rappelé à quel point il importe de soutenir les chrétiens de ce pays déchiré par des combats depuis plus de cinq ans, si l’on ne veut pas qu’un pan complet de l’histoire du christianisme disparaisse. « Les communautés chrétiennes de Syrie sont là depuis le début », a-t-il rappelé.

 

« Les gens nous ont dit avoir été très touchés par le geste et la symbolique des bougies rouges », a indiqué Mgr Jean-Pierre Joly, inspirateur de l’événement. Douze bougies rouges ont été placées sur l’autel, autour du Saint-Sacrement exposé. Chacune d’entre elles représentait un témoin de la foi chrétienne, tué à cause de celle-ci. Une cérémonie de la lumière a permis aux participants de s’unir à la souffrance des chrétiens persécutés, mais aussi, de prendre le pouls de la foi forte et vibrante de ces témoins, morts martyrs.

Vigile 1

À la fin de l’évènement, les participants ont été invités à signer une lettre où ils affirment leur « solidarité » avec les chrétiens persécutés. Celle-ci sera remise au bureau canadien d’AED et acheminée à des chrétiens persécutés.

 

Les contemplatifs en union de prière

Dans la foule de priants, Mgr Pierre Morissette, évêque de Saint-Jérôme, ainsi que le père Bernard Basset de l’Éparchie melkite catholique du Canada étaient présents. Ce dernier à prié en chantant en langue arabe de tradition melkite, ce qui pour plusieurs personnes, a su donné une couleur et un son aux prières des chrétiens du Moyen-Orient, victimes de persécution depuis des dizaines d’années.

 

Trois communautés religieuses contemplatives se sont également jointes à la vigile par la prière; les Cisterciens de l’Abbaye Notre-Dame-de-Nazareth de Rougemont, les Bénédictines de l’Abbaye Sainte-Marie-des-Deux-Montagnes et les Rédemptoristines de Sainte-Thérèse. Ces communautés religieuses ont fait parvenir un message à l’Étincelle des Laurentides dans lequel elles disaient s’unir à la vigile par la prière.

 

« Notre communauté monastique a reçu avec émotion l’information concernant la vigile de prières pour les chrétiens persécutés de par le monde. Nous serons en communion de cœur et d’intercession avec vous tous », ont écrit les moines cisterciens de Rougemont sous la plume du père Jacques. Un reflet des autres messages envoyés par ces trois communautés.

 

Vigile 2Par ailleurs, les moines ont indiqué que depuis « plusieurs mois » déjà, ils ajoutent à la prière du Notre Père de la messe communautaire quotidienne, une partie suggérée par le pape François : « … et rassure nos frères et sœurs chrétiens qui, de par le monde, souffrent persécution, parfois jusqu’au martyr ».

 

« AED Canada espère de tout cœur que l’expérience se renouvelle l’an prochain », indique Marie-Claude Lalonde, directrice du bureau canadien de l’œuvre pontificale internationale, qui compte en tout 21 bureaux nationaux, dont aux États-Unis, au Mexique, en France, en Italie, en Allemagne, et même en Australie ! « Nous tenons aussi à dire toute notre admiration devant l’excellent travail réalisé par l’équipe de l’Étincelle des Laurentides. Il est heureux de voir des chrétiens des pays en paix et où n’existe aucune persécution prendre le temps de prier pour leurs frères et sœurs du Pakistan, du Soudan du Sud ou encore du Bangladesh, sans compter bien sûr tous ceux d’Irak et de Syrie. »

 

Invitation spéciale

 

AED Canada invite les paroisses, communautés religieuses ou diocèses qui aimerait organiser une vigile de prière à la contacter. Du soutien peut être donné pour la récolte d’information, la présentation d’une exposition photo sur la persécution des chrétiens, ainsi qu’un soutien à la promotion de l’évènement par son réseau de bienfaiteurs, les réseaux sociaux et les médias catholiques. Informez-vous pour entrer dans le mouvement de cette vigile ! 514-932-0552 ou sans frais, 1-800-585-6333.

 

 

Par Mario Bard, AED Canada


 

 

Communiqué: message du patriarcat chaldéen d’Irak

22.12.2015 in Adaptation Mario Bard, AED Canada, Aide à l'Église en détresse., Communiqué, liberté religieuse, Mario Bard, Moyen-Orient, Persécution

 

Irak : message des Médias du Patriarcat Chaldéen

Les chrétiens d’Irak pourront-ils vivre un jour la joie de Noël?

 

Montréal, 22 décembre 2015 – À quelques jours de Noël, Aide à l’Église en Détresse Canada a reçu un message du Patriarcat Chaldéen d’Irak. Ce message reflète directement ce que Mgr Louis Sako, patriarche, estime quant à la situation des chrétiens d’Irak. Un contexte politique et social où la liberté religieuse de ceux qui restent – estimé à plus ou moins 200 000 – est en grand danger, même là où le gouvernement irakien devrait la protéger. Pour faciliter la lecture, les titres dans la lettre ont été rajoutés. Voici le message.  

 

 

La fête de la Nativité du Christ, porteur de justice et de paix, ferment de l’amour entre les Hommes, est l’une des plus grandes fêtes célébrées par des millions de chrétiens dans le monde et particulièrement en Irak. Une vraie fête est toujours une occasion de se remémorer un événement ou une personne exceptionnels, porteurs de joie et d’espérance. Elle nous rend plus forts dans notre quotidien.

 

Mais, cette année, les chrétiens d’Irak vont célébrer Noël dans des conditions déplorables, d’une part en raison de la détérioration de la situation à tous les niveaux dans notre pays et aussi bien sûr à cause de ce qu’ils ont vécu en tant que chrétiens, victimes de ségrégation et d’exclusion.

 

Depuis un an et demi, l’État islamique (Daech) occupe toujours Mossoul, ainsi que les villes de la plaine de Ninive. Il y a 120 000 chrétiens qui ont été chassés de leurs maisons à cause de leur seule appartenance à la religion du Christ. Personne, si ce n’est ceux qui ont planifié cette purification religieuse, n’aurait pu imaginer une telle catastrophe.

 

Les chrétiens réfugiés loin de chez eux vivent depuis un an et demi dans des conditions éprouvantes, dans des camps dépourvus quasi complètement de soins excepté ceux qui leur sont offerts par l’Église ou les organisations de la société civile.

Mgr Louis Sako

Mgr Louis Sako

 

À Bagdad, les maisons des fidèles sont l’objet des convoitises de miliciens qui s’emparent de leurs biens. C’est ce qui est arrivé il y a quelques jours à une famille chrétienne qui habite le quartier Palestine, au centre de Bagdad. Elle a été menacée et volée  en plein jour!

 

Une liberté menacée par l’attitude du gouvernement

 

D’un point de vue législatif, nous sommes aussi victimes de discriminations. À ce jour, les députés n’ont pas modifié la loi inique sur la carte d’identité qui consiste à contraindre des enfants mineurs issus de familles chrétiennes, mandéennes ou yézidies à devenir eux même musulmans si un de leurs parents adhère à l’Islam.

 

Le comportement de ceux qui sont censés nous représenter, nos députés, a blessé le cœur les familles chrétiennes et leurs enfants. C’est comme si la liberté et les droits les plus fondamentaux ne s’appliquaient pas pour nous qu’ils étaient réservés aux autres. Tout cela nous prive de la joie de la fête.

 

Cette situation est d’autant plus douloureuse que les musulmans considèrent le Christ et Sa mère comme les « merveilles des mondes » (Prophètes : 91), qu’ils considèrent les chrétiens « les plus proches d’eux en affection » (La Table 82). En plus de cela, les musulmans ne cessent de nous répéter que nous sommes les citoyens fondateurs du pays, alors qu’en réalité ils nous traitent comme des citoyens de deuxième catégorie et ne font rien pour que les libertés publiques, l’égalité de droit et la sécurité s’appliquent à l’ensemble de la population et pas seulement à une partie.

 

Face à la progression de l’État islamique, l’Assemblée des députés aurait dû contrecarrer la vision de Daech en affirmant que la cohésion de la nation vient de l’instauration de droits équitables pour tous les Irakiens faisant d’eux une seule famille sans distinction d’ethnie ou de religion.

 

 

 

 

Une fraternité en recul

 

Automne 2015: les chrétiens manifestent contre la loi dite de « l'islamisation des enfants ».

Automne 2015 : les chrétiens manifestent contre la loi dite de « l’islamisation des enfants ».

Comme preuve de cette cohésion nationale, nous attendions de nos députés qu’ils fassent de la fête de Noël un jour de congé pour tout le pays, comme cela avait été annoncé par l’ancien Premier ministre irakien et comme c’est déjà le cas depuis 2012 à Kirkouk et dans la région du Kurdistan. Naturellement, nous avions formulé cette demande. Cela aurait été un signe fort pour favoriser la coexistence entre les communautés faire progresser la fraternité dans notre pays.

 

Hélas! cette fraternité ne fait que reculer. Encore récemment, les chrétiens se sont vus directement menacés. À Bagdad, le dimanche 13 décembre, des personnes, probablement des membres des milices chiites, ont collé des images de la Vierge Marie sur les maisons des familles chrétiennes. Ces affiches sont accompagnées d’un message invitant les femmes chrétiennes à imiter la Sainte Vierge et à se voiler elles aussi. Ces affiches touchent à la liberté des chrétiens de se vêtir comme ils l’entendent. La Très Sainte Vierge Marie vivait il y a deux mille ans, dans une société et une culture différente et le vrai voile est le voile de l’esprit et de la moralité!

 

(En gras dans la lettre) En cette occasion, nous voulons le redire très franchement : nous ne céderons pas face à l’injustice. Au contraire, nous allons rester attachés à notre terre, à notre patriotisme et nous allons continuer à vivre notre amour pour nos concitoyens, tout simplement parce qu’ils sont nos frères.

 

En Irak, nous allons célébrer la naissance du Christ qui vient dans nos cœurs dans le silence et les larmes, sans manifestations ni réceptions de fête; néanmoins, nous restons habités par la paix intérieure qui perpétue la joie de la foi et l’espérance que nous allons, malgré les épreuves, vers un pays plus juste et un avenir meilleur.

 

Sa Béatitude le Patriarche Mar Louis Raphael Sako, en sa qualité du chef suprême de la plus grande église chrétienne d’Irak, tient à adresser ses sincères remerciements à tous ceux qui ont soutenu la cause des droits de l’homme en Irak. Il remercie ceux qui ont soutenu les chrétiens et travaillé à promouvoir les droits de tous les citoyens irakiens sans distinction.

 

« Gloire à Dieu au plus haut de Cieux et paix sur la terre aux hommes qu’Il aime »
Nous souhaitons la paix pour l’Irak!

Patriarche Louis Sako 1

Adaptation: Mario Bard, AED Canada

La Sainte-Famille, représentée dans la chapelle du Centre Mar Elia.

La Sainte-Famille, représentée dans la chapelle du Centre Mar Elia.

Communiqué : parution de Persécutés et oubliés ? 2013-2015 en français

16.12.2015 in AED Canada, Aide à l'Église en détresse., Communiqué, liberté religieuse, Mario Bard, Persécution, Publication, Voyager avec l'AED

persecutes-et-oublies-2015Persécution des chrétiens :
toujours en augmentation

Montréal – 16-décembre-2015 – Aide à l’Église en Détresse Canada (AED) publie aujourd’hui en français le format PDF du plus récent rapport Persécutés et oubliés, 2013-2015. Disponible sur le site web de l’organisation internationale – http://files.acn-aed-ca.org/persecutes-et-oublies-2015.pdf –, l’étude approfondie de la situation des chrétiens dans 22 pays révèle une chose : la persécution est toujours en augmentation.

 

« En deux ans, on est passé de six à dix pays qui font partie de la liste des pays où la situation est considérée comme extrêmement difficile », indique Marie-Claude Lalonde, directrice du bureau canadien de l’AED. « Ça fait quinze ans que je suis la situation, et je n’ai jamais vu d’amélioration », ajoute-t-elle.

 

Les pays qui se sont ajoutés à la triste liste sont l’Irak, le Nigeria, le Soudan et la Syrie. « Ce sont des pays où l’islamisme extrémiste progresse à un rythme très inquiétant », ajoute Mme Lalonde. D’ailleurs, selon le rapport, ceci constitue actuellement la plus grande menace à la liberté religieuse, toutes religions confondues.

 

Irak : aucun chrétien dans cinq ans

 

« Toutes les confessions ont été visées par des groupes djihadistes radicaux à des degrés divers. », indique-t-on en introduction du document de 160 pages. « De toutes les atrocités, celle qui a eu le plus grand impact, et pour cause, a été la chute de Mossoul et des plaines de Ninive aux mains de l’ÉI [État islamique], à l’été de 2014. Cela a fait l’objet d’une couverture médiatique importante, mais cela n’a été que l’une des nombreuses attaques qui ont poussé les chrétiens au bord du précipice comme jamais auparavant. »

 

Les auteurs du rapport s’inquiètent également de ce que la présence chrétienne en Irak ne soit plus qu’une question de quelques années. « Le taux de la réduction d’une population d’environ un million [de chrétiens] en 2002-2003, à environ 700 000 en 2006, à moins de 300 000 aujourd’hui, montre que l’hémorragie des chrétiens d’Irak s’est produite à un rythme de 60 à 100 000 personnes par an. Cela laisse présager que les chrétiens pourraient tout simplement disparaître d’Irak en moins de 5 ans. »

 

Du côté de l’Asie, l’Inde se trouve entre autres mentionnée à cause de la montée des hindous radicaux, qui « ont lancé un plus grand nombre d’attaques d’une férocité accrue contre les chrétiens que lors des années précédentes. » En Corée du Nord, l’antipathie du régime communiste envers les gens de foi chrétienne est toujours au sommet, avec l’assassinat de 33 chrétiens accusés d’espionnage. Enfin au Sri Lanka et en Birmanie, des « factions plus militantes » de religion bouddhiste se sont alliées « à des nationalistes qui considèrent cette confession comme la religion nationale ». Ainsi en 2014, « des extrémistes bouddhistes du Sri Lanka ont détruit ou forcé la fermeture d’églises. En 2014, on a assisté à l’attaque d’environ 60 églises et chapelles, un nombre inférieur à celui de 105, pour l’année précédente. »

 

Publié une première fois en 2008, Persécutés et oubliés? est une idée originale du bureau britannique de l’AED. Par la suite, il est devenu un projet de l’AED international, publié tous les deux ans. Persécutés et oubliés? 2013-2015 se penche spécifiquement sur la situation des chrétiens. La traduction française est assurée par le bureau canadien de l’AED.

Parution de Persécuté et oubliés? 2013-2015

15.10.2015 in ACN Canada, Adaptation Mario Bard, AED, AED Royaume-Uni, liberté religieuse, Mario Bard, Moyen-Orient, Pape, Pape François, Persécution

COMMUNIQUÉ DE PRESSE            Pour diffusion immédiate

Montréal, 15 octobre 2015

 

Persécuté et oubliés

Le christianisme, en voie de disparition au Proche-Orient ACN-20151009-30448

Königstein/Surrey/Montréal : La foi chrétienne disparaît du Proche-Orient. C’est ce qui ressort du nouveau rapport consacré à la question de la persécution religieuse, publié mardi par l’organisme international Aide à l’Église en Détresse (AED).

 

Par exemple, Persécutés et oubliés? Un rapport sur les chrétiens opprimés en raison de leur foi, 2013-2015 en arrive à la conclusion que d’ici cinq ans, tous les chrétiens d’Irak pourraient avoir disparu si l’exode des fidèles se poursuit à son niveau actuel.

 

En Syrie, le taux d’émigration augmente encore plus rapidement. Ainsi, le nombre de croyants chrétiens, qui se situait à 1,25 million avant le début de la guerre en 2011, a chuté aujourd’hui pour n’atteindre que 500 000 personnes. Le rapport estime qu’il s’agit d’un « nettoyage ethnique à motivation religieuse » des chrétiens, par des groupes terroristes islamistes, notamment en Irak et en Syrie. Une situation qui s’observe également dans certaines régions d’Afrique.

 

Au Canada, le rapport sommaire est disponible dès aujourd’hui, d’abord en anglais en format PDF :  Cliquer ici. La traduction française est prévue pour le mois de novembre, et sera disponible sur le site canadien de l’organisation, et uniquement en format PDF. Pour le rapport complet, contacter directement le bureau canadien de l’AED au 514-932-0552, poste 221 ou 224.

 

Persécution religieuse : « extrême » dans au moins dix pays

 

Basé sur différents rapports et des témoignages, Persécutés et oubliés? s’intéresse particulièrement aux pays du Proche-Orient, mais aussi à la Chine, l’Égypte, l’Érythrée, le Nigéria, la Corée du Nord, le Pakistan, le Soudan et le Vietnam. Le rapport conclut que la situation des chrétiens s’est détériorée depuis 2013 dans 15 des 19 pays observés.

 

De plus, la persécution est classée comme étant « extrême » dans dix pays – plus de la moitié des pays observés – c’est-à-dire quatre pays de plus que durant la période de la dernière édition du rapport qui couvrait les années 2011-2013.

 

Tandis que l’islamisme est considéré comme la menace majeure, le rapport Persécutés et oubliés? mouture 2015 relate également de problèmes croissants causés par d’autres groupes religieux extrémistes – des formes militantes d’hindouisme, de judaïsme et de bouddhisme –, sachant que le nombre d’agressions et leur cruauté augmentent.

 

Selon le rapport, ce sont surtout les régimes totalitaires qui exercent une pression croissante sur les Églises. Les chrétiens d’Érythrée et du Vietnam sont confrontés à des menaces sérieuses. En outre, il est constaté que dans de nombreux cas, les chrétiens sont moins persécutés en raison de leur croyance qu’à cause des relations présumées qu’ils sont censés entretenir avec l’Occident, vue comme une association entre les fidèles et le colonialisme.

 

Le pape François soutient l’initiative

 

John Pontifex, directeur du service d’information de l’AED en Grande-Bretagne et éditeur du rapport, estime que c’est une « lecture choquante dans une époque troublante ». « Un génocide culturel des chrétiens est en train d’effacer de grands pans la présence des fidèles chrétiens au Proche-Orient, berceau originel de l’Église. »

 

Il estime que le rapport « est très loin de donner toute la faute auprès de l’islam extrémiste. Il révèle plutôt que la racine de nombreux problèmes se situe dans des groupes religieux extrémistes, non musulmans et nationalistes, ainsi que dans le contexte historique de régimes communistes totalitaires. »

 

Selon le rapport, perdre la population chrétienne du Proche-Orient représenterait un véritable coup de poing pour la collectivité, car les fidèles agissent comme autant de bâtisseurs de ponts dans des sociétés de plus en plus fragmentées.

 

En août dernier, avant même d’avoir reçu un exemplaire du rapport, le pape François a indiqué – par son Secrétaire d’État – soutenir la publication de Persécutés et oubliés?

«Sa Sainteté apprécie grandement les efforts de tous ceux qui étaient impliqués dans la réalisation de ce rapport et qui dévoilent aux yeux du monde toutes les vicissitudes et la souffrance des chrétiens persécutés en raison de leur foi », a indiqué dans une lettre le cardinal secrétaire d’État du Vatican, S.E. Mgr Pietro Parolin.

Il y est indiqué que le « Pape prie afin que les responsables politiques s’efforcent intensément d’éradiquer les discriminations et la persécution religieuses non seulement dans leurs propres pays, mais aussi de rechercher des voies de plus en plus efficaces pour promouvoir une coopération internationale afin que ces offenses contre la dignité humaine et la liberté de religion soient surmontées ».

 

Enfin, en avant-propos, Mgr Jean-Clément Jeanbart, archevêque grec melkite d’Alep en Syrie, écrit : « Nous sommes confrontés à l’un des plus grands défis de notre histoire deux fois millénaire. »

 

« Malgré nos problèmes ici au Proche-Orient, nous entreprenons tout ce qui est en notre pouvoir pour aider ceux qui manquent de nourriture, de vêtements et d’autres choses d’importance vitale. »

 

En tant qu’organisation internationale de charité qui apporte son soutien aux chrétiens persécutés et souffrants, l’AED accorde ses priorités à l’aide d’urgence et au soutien pastoral des fidèles déplacés et en fuite du Proche-Orient. « Avec la grâce de Dieu et le soutien continu d’organisations caritatives telles que l’AED, nous pouvons satisfaire aux besoins urgents de nos semblables », indique encore Mgr Jeanbart.

 

Voir le sommaire de Persecuted and forgotten?

. Cliquer ici pour demander une copie complète, dans la section « Informations concernant une publication » de notre site web.

 

Communiqué: RD Congo – Entraînés au terrorisme à l’âge de neuf ans

20.07.2015 in Adaptation Marie-Claude Lalonde, Persécution, République démocratique du Congo

RD Congo

Entraînés au terrorisme à l’âge de neuf ans

L’existence de camps d’entraînement islamistes pour enfants a été révélée

 

Des camps d’entraînement au Djihad, rassemblant près de 1 500 enfants pouvant avoir à peine neuf ans ont été découverts en Afrique centrale, selon les informations reçues par un organisme catholique de charité qui travaille dans la région.

Des sources proches d’Aide à l’Église en Détresse – qui ne peuvent être mentionnées, pour des raisons de sécurité ont révélé que des jeunes vivant dans la misère dans les rues de la République Démocratique du Congo étaient attirés par la ruse et emmenés dans des camps éloignés, où ils étaient brutalisés et endoctrinés par une milice islamiste.

Des garçons, répartis sur au moins trois camps situés dans les montagnes de Ruwenzori, dans l’est de la RDC, ont été aperçus en tenues de camouflage alors qu’ils faisaient des exercices militaires sous la surveillance de soldats armés.

Le rapport poursuit en décrivant comment plus de soixante filles étaient entassées dans ces camps, obligées de porter la burqa, et préparées à se marier avec des combattants islamiques. Réagissant à ces révélations, Maria Lozano, vice-directrice des communications de l’AED, a déclaré : « Nous avons eu accès à un ensemble de documents montrant la nature de ces camps. Les rapports montrent des soldats brandissant des fusils, et surveillant des enfants âgés de neuf à quinze ans,habillés en tenues militaires pour effectuer des exercices militaires. Les images que nous avons vues sont très inquiétantes ». Un des camps est situé à Medina, à environ 80 km de la ville de Beni, région dans laquelle près de 500 personnes ont été tuées dans une série des massacres qui ont eu lieu d’octobre 2014 à ce jour.

 

Les forces de stabilisation de l’ONU soupçonnées de complicité

Maria Lozano déclare: « Nous sommes très inquiets pour les enfants, car ils ont été attirés dans la rue avec la promesse d’échapper à la pauvreté. Certains enfants sont orphelins, mais d’autres ont quitté leurs familles après avoir été trompés par des recruteurs qui leur avaient fait miroiter l’espoir de pouvoir étudier au Proche-Orient, en Europe, ou au Canada. Selon les informations dont nous disposons, les filles sont contraintes au mariage ou sont traitées en esclaves sexuelles ».

Les sources proches de l’AED établissent un lien entre la soudaine émergence de camps djihadistes et les forces de maintien de la paix des Nations Unies, et sont préoccupées par le fait qu’elles sont complices des camps, et alors elles s’abstiennent intentionnellement de prendre des mesures contre ces derniers.Ces sources soutiennent que certains membres de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation de la République Démocratique du Congo (MONUSCO) sont des fondamentalistes musulmans pakistanais qui, pendant leur temps libre dans ce pays d’Afrique, mettent en place des écoles coraniques et travaillent sur des chantiers de construction de mosquées.

Les contacts de l’AED ont affirmé que des mosquées avaient été construites même dans des zones où pratiquement aucun musulman ne vivait. Maria Lozano ajoute : « Les gens ne se sentent pas protégés par les soldats des Nations Unies ; les informations que nous avons reçues indiquent qu’ils soutiennent les camps djihadistes, ou au moins qu’ils ne réagissent pas à l’endoctrinement des enfants, ni au traitement barbare qu’ils subissent ».

Selon le Journal of International Organizations Studies de 2014, vingt-huit des quarante-quatre mosquées (63%) de la région de Medina, en RDC, ont été construites entre 2005 et 2012. Des rapports ont établi que le nombre de musulmans dans l’est de la RDC était passé en quelques années de 1% à 10%.

Les évêques catholiques de la Province Ecclésiastique de Bukavu, dans l’est de la RDC, ont adressé en mai dernier une lettre ouverte au Président du pays, à l’ONU et aux responsables internationaux pour dénoncer la montée du fondamentalisme djihadiste dans une région traditionnellement dominée par le christianisme et où il y avait jusqu’à présent très peu de musulmans. Maria Lozano conclut : «Cela fait déjà un mois que la Conférence épiscopale a adressé un appel pressant au Président de la République Démocratique du Congo  et à la communauté internationale, mais personne n’a réagi».

 

 

DES CADEAUX POUR LES UNS, DES MENACES POUR LES AUTRES

02.12.2013 in Non classé

PHOTOS RÉUNIES

Pendant que les parents d’ici courent pour acheter des cadeaux à leurs enfants, les parents de là-bas, dans de trop nombreux pays, courent sous la menace pour protéger les leurs du danger.

Noël, une nouvelle agréable, nous dit le cantique. Une nouvelle prometteuse de paix et d’amour. Pourtant, pour de nombreux chrétiens, Noël est devenu une menace dans d’innombrables pays, dont certains dans le berceau même du christianisme. S’il est difficile de faire un bilan exhaustif de tous les pays où se vivent ou se sont vécus des drames au temps de Noël, on ne peut passer sous silence certains d’entre eux.

MARTA - AZIZ

Pensons d’abord à la Syrie où les conflits sont tels que des centaines de milliers de chrétiens se sont enfuis en des lieux plus sécuritaires, laissant derrière eux tous leurs biens. À quelle sorte d’avenir croyez-vous que les enfants syriens sont destinés? Quel genre de Noël vivront-ils? Et  qu’en est-il de son pays voisin, l’Irak, qui comptait il y a à peine 10 ans 900 000 chrétiens et où il n’en reste que 200 000? Rappelez-vous ce massacre dans une église syriaque de Bagdad, le 31 octobre 2010, qui avait fait 46 morts dont les 2 prêtres célébrants. Ce massacre annonçait déjà cette autre attaque pendant la période des Fêtes qui suivait et pendant laquelle des bombes avaient été placées près des maisons des chrétiens à Bagdad, tuant deux personnes en plus d’en blesser des dizaines.  Seront-ils cette année entourés de cadeaux ou encerclés de menaces?

295- copieQue dire du Nigeria où les chrétiens ont été victimes, lors des trois derniers Noëls, d’attaques meurtrières dont les deux dernières revendiquées par la secte islamiste Boko Haram ? En 2010, des attentats à la bombe ont fait au moins 32 morts et 74 blessés à Jos; en 2011, Boko Haram a perpétré plusieurs attaques contre des églises ayant entraîné la mort de dizaines de fidèles; et en 2012, des hommes armés ont attaqué une église dans le Nord durant la messe de minuit, tuant six personnes dont le prêtre, avant de mettre le feu au bâtiment. Croyez-vous que les jeunes Yakubu, Murtala et Olusegun seront cette année entourés de cadeaux ou encerclés de menaces?

Au Pakistan, 50 extrémistes musulmans armés de bâtons et de haches ont attaqué les bâtiments de l’église de Chak pendant un visionnement du film «Jésus»; 20121011_002toujours au Pakistan, comment oublier Asia Bibi qui croupit en prison dans un espace exigu n’ayant droit comme visites que celles de son avocat et de son époux, elle qui a pourtant cinq enfants qu’elle n’a pas vu depuis maintenant trois ans. Ajoutez à cela les Philippines, à la chapelle du Sacré-Cœur à Jolo, où l’explosion d’une bombe a fait 11 blessés pendant une messe matinale de Noël; et au Sri Lanka, au jour de Noël, quand des bombardements de l’armée de l’air ont détruit un centre chrétien pour les orphelins et les filles handicapées. Croyez-vous que tous ces enfants seront cette année entourés de cadeaux ou encerclés de menaces ?

20130208_034En Bosnie-Herzégovine, les fidèles ont vu le drapeau de la cathédrale orthodoxe être brûlé à la veille de Noël par des incendiaires non identifiés. De tels gestes leur permettent-ils de croire qu’ils seront cette année entourés de cadeaux ou encerclés de menaces?

On pourrait allonger la liste en parlant de l’Égypte alors qu’à la fin de la messe de minuit, plusieurs Coptes ont été abattus par balles; de la Chine, alors qu’une vague de persécution a balayé les chrétiens des ethnies Han et Ouïghur entre Noël et le Nouvel An; ou encore du Bangladesh, quand le Front démocratique populaire a ordonné à des leaders d’Églises de ne pas tenir de célébrations de Noël.

Leur foi ne les soustrait pas à la souffrance

Si nous devons nous réjouir pour les enfants à qui Noël apportera des cadeaux dans l’allégresse, peut-être devrions-nous tout autant compatir avec ceux pour qui Noël pourrait se transformer en menace dans la tristesse. Ne laissons pas la vengeance habiter nos cœurs et faisons appel au pardon pour panser la douleur.

Bien sûr, il faut une foi vivante pour traverser les épreuves de la persécution. Et même si ces chrétiens sont des gens de foi, la foi ne les soustrait pas à la souffrance. Chacun des gestes posés à leur égard leur signifie que nous pensons à eux et qu’ils ne sont pas seuls. Cet accompagnement ne leur permet-il pas d’accéder au pardon et de leur ouvrir le chemin de l’espoir?

PHOTOS RÉUNIES 1

Prions pour tous ceux qui, partout, ont besoin de vous pour rester fidèles à leur foi;

Informons tous ceux qui, ici, veulent les aider eux qui nous fortifient dans la foi;

Agissons pour tous ceux qui, partout, ont besoin de NOUS pour espérer une vie meilleure.

______________________________

Faites un don sans tarder en téléphonant au 514 932 0552 poste 226

Situation désastreuse pour les chrétiens en Égypte

19.08.2013 in AED, Égypte, Persécution

Marie-Claude Lalonde – AED Canada

Incendie de l'église Ste-Thérèse à Assiout, Égypte

Incendie de l’église Ste-Thérèse à Assiout, Égypte

Au cœur des violences que nous voyons à la télévision se trouvent les chrétiens. Ils sont particulièrement visés par les musulmans radicaux. Aucune Église n’est épargnée, toutes sont visées : catholiques, orthodoxes, évangéliques, baptistes, etc. Les extrémistes ont pillé et brûlé des églises, des couvents, des résidences de prêtres, des commerces appartenant à des chrétiens, des écoles et des maisons de fidèles.

Des bateaux pour touristes auraient également été incendiés et les personnes à bord se seraient trouvées prisonnières des flammes.

Les informations sont difficiles à vérifier dans ce contexte de chaos mais le nombre d’églises incendiées serait entre 52 et 64. Inutile de dire que les églises sont actuellement toutes fermées. De toute manière, beaucoup d’Égyptiens ont peur de sortir et ce, qu’ils soient chrétiens ou musulmans modérés.

Le nombre de victimes chez les chrétiens n’est pas confirmé mais au moins un enfant figurerait parmi les victimes.

Slogans anti-chrétiens au Caire, Égypte

Slogans anti-chrétiens au Caire, Égypte

Tout cela se déroule avec, en toile de fond, la possible libération du président déchu Hosni Moubarak puisqu’une loi prévoit que personne ne peut être emprisonné pendant plus de deux ans en attente d’un verdict.

Voici deux liens où l’on décrit la violence dont sont victimes les chrétiens en ce moment :

Entrevue audio avec Sr Angela : http://www.npr.org/templates/story/story.php?storyId=212356260

Blogue décrivant la situation :
http://www.emannabih.com/muslim-brotherhood-massacres-against-christians-in-egypt/

 

Une entrevue avec des évêques et une traduction de la déclaration du Patriarche copte catholique suivront sous peu.

Surtout, faites circuler parmi vos amis et contacts. L’Occident doit savoir et réagir.