Mario Bard

 

Communiqué AED – le pape François en Égypte

27.04.2017 in AED Canada, AFRIQUE, Dialogue interreligieux, Égypte, Entrevue, Mario Bard, Moyen-Orient, Vues D'ailleurs

Le pape François en Égypte

« recoudre les liens avec l’Islam »

 

Montréal, mercredi 26 avril 2017 – Le père Samir Khalil Samir, jésuite, spécialiste de l’Islam et professeur à l’Institut des études orientales à Rome, était de passage dans les bureaux canadiens d’Aide à l’Église en Détresse jeudi dernier (20 avril 2017). Égyptien d’origine et né au Caire, nous lui avons demandé ce qu’il pensait de la visite du pape en Égypte, de l’importance du dialogue entre islam et christianisme et de la crainte de voir le Moyen-Orient se vider des chrétiens.
Extraits de cette rencontre.

Propos recueillis par Mario Bard,
Aide à l’Église en Détresse Canada

 

AED : Que diriez-vous au pape François à propos de son voyage en Égypte? Est-ce que vous lui diriez de rester à Rome ou bien d’y aller?

P. Samir: Je pense que, tel qu’il est, il faut qu’il y aille. Ce n’est pas quelqu’un qui a peur. D’autre part, si l’on examine les possibilités d’un attentat, je pense que l’Égypte, ne serait-ce que pour son honneur, fera l’impossible pour le protéger et s’assurer qu’il n’y ait aucun élément dangereux aux alentours. De ce point de vue, je pense que les choses devraient aller normalement.

Par ailleurs, il y a le caractère du pape François qui pourrait dire : ‘‘je ne crains rien et je suis au milieu du peuple. Et si je dois mourir, et bien je suis comme n’importe qui, simplement parce je me trouve dans cet endroit [où a lieu un attentat].’’  Donc, cela pourrait expliquer pourquoi il n’a pas renoncé à son voyage.

D’autant plus que ça fait longtemps qu’il veut recoudre les liens entre le Vatican et l’Islam. Et ceci, il me l’a dit personnellement à l’occasion d’une demi-heure en tête à tête que j’ai eue avec lui il y a quelques mois. Il m’a dit : « Pourquoi est-ce que j’insiste sur le fait que l’Islam est une religion de paix ? Parce qu’il nous faut d’abord refaire l’amitié avec les musulmans et avec Al-Azhar. »

Pourquoi faut-il « recoudre les liens » ? Que s’est-il passé?

Je rappelle le contexte ; il y a eu l’attaque à Alexandrie de l’église copte pour la fête de Noël, il y a six ans. Quelqu’un s’est fait exploser et il y a eu des dizaines de morts. Quelques jours après, le pape Benoît XVI qui rencontrait les ambassadeurs près le Saint-Siège a dit : « Je demande au président de la République d’Égypte de protéger les chrétiens. » À ce moment, l’Imam Ahmed el-Tayeb, recteur de l’Université Al-Azhar, a dit que cela était inacceptable que le pape se mêle de la politique égyptienne. Il a rompu les relations avec Rome. Aujourd’hui, après plusieurs essais infructueux, les relations ont repris. Et c’était le but principal du pape François; de rétablir les relations avec l’Islam et notamment avec Al-Azhar qui représente la majorité des musulmans du monde, c’est-à-dire 80 %. C’est une autorité morale, intellectuelle incontournable.

Père Samir, pourquoi est-ce important qu’il y ait du dialogue interreligieux avec l’Islam?

D’abord parce que l’Islam est la seconde plus grande religion du monde. Il y a plus de 1,5 milliard de musulmans, répartis dans presque tous les pays du monde. On ne peut pas l’ignorer. Ensuite, parce que l’Islam est une religion monothéiste, à côté du judaïsme et du christianisme. Et donc, il faut qu’on puisse dialoguer avec eux. Je pense que c’est ça qui est essentiel ; ce n’est pas un but politique. C’est de dire, essayons de nous entendre. De même qu’on mène le dialogue avec les Juifs.

On dit que le Moyen-Orient est en train de se vider des chrétiens. Qu’est-ce qui peut être fait pour que le vent change? Même des musulmans ne veulent pas que cette situation survienne.

La plupart des musulmans disent : ‘‘On a besoin des chrétiens’’. Il y a eu récemment en Égypte une émission de radio qui a impressionné tout le monde. Pendant huit minutes, le thème était les écoles chrétiennes qui ont formé l’intelligentsia de l’Égypte au 19e et au 20e siècle.

On voit aussi le Liban qui est le seul pays du monde arabe qui ait une certaine parité, précisément parce que ce sont les chrétiens qui l’ont construit, même si aujourd’hui, ils ne sont plus que 35 % de la population. Au parlement, les musulmans veulent qu’il y ait 64 musulmans et 64 chrétiens parce qu’ils disent que c’est essentiel. Ceci est reconnu par tous les musulmans qui réfléchissent.

D’autre part, sur la disparition des chrétiens du Moyen-Orient ; en Égypte, ce sont eux qui sont, pour ainsi dire, les autochtones ! On a conscience que si on veut maintenir la conscience nationale, on ne peut pas éliminer les chrétiens. Malheureusement, pour des motifs politico-économico-religieux, les chrétiens s’en vont de plus en plus. Et ce qui se passe en ce moment est voulu par ISIS (État islamique/Daesh). Mais, ce sont des fanatiques. Globalement, les musulmans ne sont pas fanatiques. Ils manquent de courage pour dire : on doit les arrêter. Au lieu de dire cela, ils disent : ça n’a rien à voir avec l’Islam, ce qui ne résout rien. Mais, au fond de leur cœur, la majorité des musulmans disent : non, ça, c’est une honte !

Maintenant, pour qu’ils restent, il faut les aider pour qu’ils puissent demeurer dans leurs maisons. En Égypte, ça ne pose pas de problème majeur à cause du grand nombre de chrétiens (près de 10 millions). Mais en Irak et en Syrie, où on a détruit les maisons des chrétiens, rester demande un courage énorme. C’est ce que font les patriarches, dont le patriarche Sako des Chaldéens de Babylone. Il lutte de toutes ses forces pour que les chrétiens ne migrent pas, pour qu’ils restent, pour sauver l’Église locale. Et c’est la même chose en Syrie.

Il faut les aider à rester. Les aider financièrement si on peut, mais aussi les aider moralement en les soutenant et en essayant d’arrêter ce crime qu’est ISIS. »

Aide à l’Église en Détresse va aider 3000 jeunes venus de partout dans le pays qui se rendront en pèlerinage au Caire pour participer à la visite du Pape François les 28 et 29 avril. Le voyage a débuté mardi 25 avril et comprend des célébrations liturgiques dans différents sanctuaires sur la route menant au Caire, la célébration de messes, des confessions, ainsi qu’une visite dans les hôpitaux du Caire le jour précédant l’arrivée du Saint-Père. Le groupe rassemble 250 représentants de chaque diocèse catholique égyptien, en plus des 1 000 participants originaires de la capitale.

 

 


 

Communiqué – Mgr Christian Lépine à Vues d’ailleurs

05.04.2017 in Mario Bard, Mgr Christian Lépine, Voyager avec l'AED, Vues D'ailleurs

COMMUNIQUÉ

Vues d’ailleurs accueille Monseigneur Christian Lépine, archevêque de Montréal, le lundi 10 avril prochain, à 20 h. 

 

Dans le cadre de la Semaine sainte, Mgr Lépine partagera sa vision de la fête de Pâques. Fête de la résurrection, fête de la victoire de la vie sur la mort, celle-ci n’empêche pourtant pas les violences, les guerres et les persécutions à caractère religieux d’êtres plus que jamais présentes en ce monde. Comment parvenir à marcher, animer par l’esprit de la résurrection de Jésus le Christ, malgré les grandes difficultés qui nous touchent ? Quelques éléments de réponses avec l’archevêque de Montréal, également membre du Comité international d’Aide à l’Église en Détresse.

 

Vues d’ailleurs est diffusée sur les ondes de Radio VM, en collaboration avec Aide à l’Église en Détresse.
L’émission est diffusée tous les lundis à 20 h, et en rediffusion les mercredis à 19 h, ainsi que les samedis à minuit.

(Animation et recherche : Mario Bard)


 

Vues d’ailleurs – un témoin des témoins!

24.03.2017 in AED Canada, Mario Bard, Radio VM, Robert Lalonde, Voyager avec l'AED, Vues D'ailleurs

Cette semaine à Vues d’ailleurs,
votre porte ouverte sur l’Église du monde !

Des témoins inspirants
pour la paix

Invité : Robert Lalonde, auteur et conférencier

 

Dans les pays touchés par la guerre, le traumatisme créé par un conflit peut laisser une blessure ouverte et profonde pendant des années. Une trace permet de petites guerres au quotidien, qui durent et qui durent ! À moins que des personnes décident enfin de sortir du cercle vicieux de la violence et qu’elles apprennent à se servir de ces traumatismes du passé afin de les transformer en force de paix pour le présent et le futur. Notre invité en a rencontré plusieurs. Il témoigne de l’inspiration produite en lui grâce à ces rendez-vous. Assez pour écrire un livre !

 

Soyez au rendez-vous dès 20 h,
le lundi 27 mars 2017, 20 h, à Radio VM.

En rediffusion le mercredi 29 mars à 19 h
et le samedi 1er avril à minuit.

 

Vues d’ailleurs, votre porte ouverte sur l’Église du monde !


 

Entrevue AED-Radio VM – Alep et le Dr Nabil Antaki

20.03.2017 in Aide alimentaire, Aide d'urgence, Enfants, Entrevue, Mario Bard, Moyen-Orient, Radio Ville Marie, Radio VM, Syrie, Voyager avec l'AED, Vues D'ailleurs

Écoutez ou réécoutez : 

Dr Nabil Antaki et la campagne Une goutte de lait! 

 

Les Maristes bleus d’Alep, Dr Nabil Antaki et Aide à l’Église en Détresse s’unissent pour soutenir des enfants d’Alep. Pendant un an, l’organisme international de charité catholique soutient le programme Une goutte de lait auprès des enfants de 10 ans et moins des communautés chrétiennes de l’ancien poumon économique de Syrie. Nous voulons qu’ils grandissent en force et en santé, eux qui ont déjà grandement souffert de la guerre.  

 

Sans nous, le programme s’arrêterait complètement. 

 

Écoutez l’entrevue diffusée dans le cadre de l’émission Vues d’ailleurs du lundi 13 mars dernier, 20 h, sur les ondes de Radio VM, sur la chaîne Youtube d’Aide à l’Église en Détresse Canada.

Merci de partagez dans vos réseaux!

Si vous désirez donner au programme Une goutte de lait, veuillez cliquer ici.
Merci de mentionner dans les commentaires : pour #Gouttedelait 


 

 

Vues d’ailleurs – lundi 13 mars 2017, 20 h – RadioVM

10.03.2017 in Enfants du monde, Mario Bard, Moyen-Orient, Radio Ville Marie, Radio VM, Syrie, Témoignage, Vues D'ailleurs

Votre émission sur l’Église dans le monde :

Vues d’ailleurs à Radio VM

Lundi 13 mars, à 20 h, soyez au rendez-vous !
Les enfants d’Alep en Syrie ont besoin de nous
Invité : Dr Nabil Antaki, gastro-entérologue québécois et syrien.

 

Des enfants d’Alep attendent le repas dans un centre pour déplacés. Une goutte de lait est une campagne qui leur permettra de continuer à grandir en santé, malgré la destruction qui les entoure.

 

Lundi, Aide à l’Église en Détresse lance une campagne d’urgence pour que des enfants d’Alep continuent à recevoir du lait par l’entremise du programme Une goutte de lait. Notre invité, bien connu des gens d’ici, nous parle de ce que cela change dans la vie des citoyens qui habitent toujours cette ville martyre, lourdement touchée par la guerre.

 

Lundi 13 mars, 20 h, en rediffusion le mercredi 15 mars à 19 h et le samedi 18 mars à minuit.
#radiovm
#AideàlÉgliseenDétresseCanada
#Syrie

 

Des gouttes de lait qui font la différence.

Communiqué – Pèlerinage à Fatima avec Aide à l’Église en Détresse

07.03.2017 in AED Canada, Communiqué, Mario Bard, MONDE, Père au Lard, Père Werenfried van Straaten, Voyager avec l'AED

 Les 70 ans d’Aide à l’Église en Détresse !

Pèlerinage à Notre-Dame de Fatima

 

« Le père Werenfried, fondateur d’Aide à l’Église en Détresse, était un fervent priant de Marie, et il y a 50 ans cette année, il a consacré l’œuvre à Notre-Dame de Fatima. Une dévotion qui est restée chère à notre organisation et dont nous voulons partager la très grande importance aujourd’hui avec nos bienfaiteurs et bienfaitrices », indique Marie-Claude Lalonde, directrice nationale d’Aide à l’Église en Détresse.

Notre-Dame de Fatima

 

Du 9 au 18 septembre 2017, l’organisme international de charité catholique organise, en collaboration avec l’agence spécialisée en voyage de ressourcement Spiritours, un pèlerinage au Portugal. Si Fatima est le cœur du périple, d’autres villes sont incluses, dont la capitale Lisbonne, Coimbra — où vécut jusqu’à sa mort Sœur Lucie, l’une des voyantes de Fatima —, Porto et Saint-Jacques de Compostelle.

 

« Les pèlerins canadiens pourront vivre des moments inoubliables comme la grande messe internationale ou encore une nuit d’adoration eucharistique organisée en collaboration avec Aide à l’Église en Détresse. Dans ce cadre, des milliers de bienfaiteurs et de bienfaitrices de partout dans le monde sont attendus », précise Mme Lalonde.

 

« Une occasion unique de communier à la cause qui leur est chère, au cœur de ce sanctuaire où le père Werenfried a confié son œuvre à Notre-Dame. Je ferai partie du voyage, et j’ai bien hâte de partager ce temps précieux avec ceux et celles qui rendent possibles plus de 6 000 projets par an dans une moyenne de 140 pays. »

 

L’œuvre du « Père au lard » est en pleine effervescence

 

Depuis 70 ans, les projets soutenus par Aide à l’Église en Détresse sont extrêmement diversifiés, mais ont un seul but : aider l’Église, la communauté chrétienne, là où elle répond aux besoins du monde.

Mai 1992 : le père Werenfried rencontre Soeur Lucie, l’une des voyantes de Fatima.

 

« Le père Werenfried — aussi appelé Père au lard à cause des origines de l’œuvre — a toujours été attentif aux demandes de l’Église, quel que soit l’endroit. Que ce soit pour construire une chapelle ou une cathédrale, ou bien encore afin d’aider l’Église à nourrir les millions de déplacés et réfugiés, en passant par la formation pastorale des prêtres, des religieuses, des laïcs. Notre fondateur savait écouter et comprendre les tenants et aboutissants d’un besoin », raconte Mme Lalonde. « Pour lui, tous ces projets servent une seule cause : l’annonce de l’Évangile et de ses bienfaits, en parole et en action. Et c’est ce que nous continuons aujourd’hui. »

 

 

 

 

Pour s’inscrire, connaître le prix et les détails du voyage, contacter Mikaël Maniscalco chez Spiritours, au 514-374-7965, poste 207.
http://spiritours.com/voyage/portugal-et-espagne-sept2017/ 

 

Les bienfaiteurs et collaborateurs de l’AED se rendent depuis des années au sanctuaire de Fatima. Ici, un pèlerinage en 2013. 


 

Émission Vues d’ailleurs – Afrique : multiples défis !

03.03.2017 in AED, AFRIQUE, Informations, Mario Bard, Voyager avec l'AED, Vues D'ailleurs

Vues d’ailleurs

lundi 6 mars, 20 h sur les ondes de Radiovm

Afrique : multiples défis !

Un continent, mais des milliers de cultures, de langues, de situations socio-économiques… et de conflits.

Mais aussi, un continent où veut d’abord briller l’être humain et des valeurs profondes d’humanité. Vues d’ailleurs se penche sur un continent méconnu et trop souvent vu comme misérable et pauvre, un continent lumière qui porte en lui des réponses essentielles pour notre humanité déroutée.  Savons-nous l’écouter?

Animé par Mario Bard

En rediffusion le mercredi 8 mars 19 h et samedi 11 mars à minuit.

 

 

 

 

 

 


 

Un plan Marshall pour l’Irak : reconstruction des villages chrétiens de la plaine de Ninive

10.02.2017 in Adaptation Mario Bard, AED, Irak, Maria Lozano, Mario Bard, Voyager avec l'AED

Un plan Marshall pour l’Irak :

 

reconstruction des villages chrétiens de la plaine de Ninive

« L’espoir revient dans la plaine de Ninive », rapporte le père Andrzej Halemba, expert du Moyen-Orient pour Aide à l’Église en Détresse, après son retour d’une mission d’observation dans les villages chrétiens irakiens libérés en novembre dernier de l’emprise de l’État islamique. Le Père déclare que « malgré les nombreuses questions urgentes qui doivent être clarifiées, les gens sont prêts à retourner dans leurs villages ».

Interrogé sur la nature de ces « questions urgentes », le Père Halemba fait référence au problème de l’appropriation illégale de maisons abandonnées, à une enquête sur le prétendu usage d’armes chimiques lors de la destruction des maisons chrétiennes et, concernant les familles chrétiennes qui envisagent de rentrer chez elles, à la peur permanente causer par le manque de sécurité et la violence de combattants isolés, en plus de fondamentalistes qui ne veulent pas voir revenir les chrétiens.

 

Afin de constater l’ampleur des destructions, le Père Halemba a visité tous les villages chrétiens reconquis et libérés du joug de Daech. Il a rapporté que « la plupart des maisons ont été inspectées au moins une fois par leur propriétaire, parce qu’ils voulaient voir ce qui était arrivé à leurs biens ». Depuis novembre 2016, il perçoit un changement majeur dans l’attitude des personnes déplacées : « En novembre, nous avons réalisé une première enquête pour savoir si les gens voulaient retourner dans leurs villages. Nous avons constaté qu’ils avaient encore trop peur parce que les combats se poursuivent sans relâche à Mossoul, mais aussi en raison de terroristes qui seraient encore cachés dans la région.

Voyage en Irak, décembre 2016. Une statue de Notre-Dame décapitée et prise pour cible de tir par l’ÉI. La statue est située la chapelle de côté de l’église Mar Quryaqus (Qeryaqos), à Batnaya

Enfin, ils étaient préoccupés à cause de l’éducation des enfants. Les conclusions de cette première enquête d’AED nous ont montré qu’à peine 1 % des personnes voulaient revenir chez elles. Maintenant, lors de ma récente visite à Alqosh, on m’a dit que plus de 50 % des déplacés se disaient prêts à retourner chez eux. Et ce nombre ne cesse d’augmenter. »

Un « plan Marshall » en Irak!

Concernant le programme de soutien d’AED pour les six prochains mois, le Père Halemba a détaillé les défis actuels auxquels l’œuvre de charité doit faire face en soutenant les familles chrétiennes déplacées à Erbil, jusqu’à leur rapatriement : « Nous devons aider ces réfugiés — surtout maintenant durant le froid hivernal — à survivre, jour après jour. Cela signifie que nous devons poursuivre notre aide avec des paniers alimentaires pour plus de 12 000 familles ainsi que pour des logements », explique le père Halemba.

« On nous a demandé d’augmenter notre allocation de logement pour payer les loyers. Jusqu’à présent, nous avons soutenu le loyer de 641 maisons, l’équivalent de 1800 familles. Aujourd’hui, plus de 5 000 familles qui vivent dans plus de 3 000 maisons nous demandent de les aider. C’est un immense défi. »

Irak: distribution de nourriture, 21 mai 2106 – l’Archevêque Bashar Matti Warda à droite, et le père Andrzej Halemba, responsable de projet pour AED

Quand on parle d’espoir pour l’avenir, le Père Halemba regarde vers le passé pour exhorter la communauté internationale « à lancer un nouveau plan Marshall ». Initié en 1948 par les États-Unis, ce programme a permis de rétablir la stabilité économique en Europe. « Pour évaluer correctement la situation, l’une des premières étapes essentielles consiste en une évaluation initiale de l’ampleur de la destruction », explique le père Halemba. « Aide à l’Église en Détresse soutient des groupes chrétiens sur place pour effectuer une évaluation professionnelle. Des milliers de photographies avec des milliers de descriptions des destructions sont rassemblées et dotées d’une estimation des coûts de reconstruction. À l’aide d’images satellites, l’équipe identifie chaque maison dans chaque village reconquis et libéré de Daech de la plaine de Ninive. Les maisons dont nous parlons appartiennent à des membres de l’Église syriaque catholique, de l’Église syriaque orthodoxe et de l’Église chaldéenne. Certains villages sont mixtes. Nous parlons d’une dizaine de villages. »

La prochaine étape prévue est la poursuite de l’enquête entamée en novembre 2016. Son objectif est de connaître les intentions de retour d’au moins 1 200 familles chrétiennes déplacées qui ont trouvé refuge à Ankawa. Sur la base de ces deux documents — l’évaluation des destructions et l’enquête sur les intentions de retour –, l’œuvre pontificale encourage la création d’un comité spécial pour superviser un vaste plan Marshall qui pourrait faciliter le retour des déplacés.

Voyage en Irak, Décembre 2016, à la tombe de Sainte-Barbara, dans l’église du même nom.

Une mission immense

Le Père Halemba évoque plusieurs sujets : « Il doit inclure une synthèse des rapports sur la destruction, la création d’un comité local et un programme de collecte de fonds pour la reconstruction des villages. AED encouragera bien entendu la reconstruction. Toutefois, nous devons coopérer avec d’autres organismes de bienfaisance, il est impossible de gérer cette mission seul. Ensuite, les questions juridiques doivent être considérées », explique le père Halemba.

« Cela inclut, par exemple, le droit à la pleine citoyenneté des chrétiens d’Irak et l’implication du gouvernement irakien dans la reconstruction. Le gouvernement devrait être responsable de la création de structures et d’emplois, mais aussi veiller à garantir la sécurité des chrétiens dans leurs villages. Au vu des expériences horribles qu’ils ont faites dans un passé récent, c’est d’une importance décisive. Il faut également attirer l’attention à l’échelle internationale sur ce plan Marshall pour la plaine de Ninive, et s’assurer du lancement des programmes d’aide correspondants. Finalement, il est très important de documenter correctement la destruction et la violence des persécutions, afin que les gens puissent retrouver, d’une certaine manière, un sentiment de justice et de paix, et soient assurés que cela ne se reproduise jamais plus. »

Le temps joue contre le Père Halemba. Il estime que les premières semaines du mois de février seront cruciales pour la planification des projets de l’œuvre de bienfaisance : « Nous pensions que les premières familles retourneraient chez elle en juin et que l’AED devrait être préparé à les aider. Mais selon les dernières informations, certaines familles ont décidé de retourner dans leurs villages déjà maintenant, en hiver, en dépit de la dureté des conditions hivernales et des infrastructures très mauvaises ou même détruites. Nous devons voir si nous pouvons réorienter une partie de nos fonds d’aide prévus pour Erbil pour en faire une “aide au démarrage” pour la plaine de Ninive. Ces personnes font aussi confiance à l’Église — elles la considèrent comme un symbole de sécurité et de stabilité, et l’AED doit aider les religieuses et les prêtres à retourner chez eux avec leurs troupeaux. L’AED doit soutenir ces personnes dans ce moment historique et décisif pour les chrétiens d’Irak. »

Depuis 2014, l’AED a soutenu les chrétiens d’Irak avec 26 millions d’euros destinés à des projets d’aide d’urgence, l’éducation scolaire, des aides alimentaires et des moyens de subsistance pour les personnes déplacées.

Entrevue : Maria Lozano, ACN-International
Adaptation : Mario Bard, AED Canada


 

Entrevue avec Père Jacques Mourad de passage à Montréal

28.10.2016 in Mario Bard, Syrie

Syrie

Arrêter de vendre des armes

 

De passage au Canada, le père Jacques Mourad, moine de la communauté de Mar Mousa en Syrie, a parlé à Aide à l’Église en Détresse. Dans un court entretien téléphonique accordé avant qu’il ne reparte pour l’Europe, le prêtre – enlevé par ÉI (État islamique) de mai à octobre 2015 –, demande aux Cana

diens de réfléchir à l’impact de la vente d’armes, spécialement dans le Golfe, lesquels selon lui se retrouvent ensuite dans les mains de combattants en Syrie.

 

AED : Qu’est-ce que vous diriez aux gens du Canada à propos de la guerre en Syrie?

 

« Père Jacques Mourad : Premier point : je veux remercier et transmettre le remerciement du peuple de Syrie – surtout des chrétiens de la Syrie – au peuple canadien qui a ouvert son pays et son cœur.

 

Picture of Father Mourad, kidnapped on 21st May 2015, carrying a cross. Only this low quality file available (picture sent to Fr Halemba during his trip to Syria)

Deuxième point, ce que nous souhaitons des pays démocratiques comme le Canada – qui [par ailleurs,] n’arrivent pas à arrêter cette guerre – c’est de continuer à accueillir les réfugiés pour sauver leurs vies, surtout [ceux qui se trouvent] dans les régions où ils sont en danger (Alep entre autres).

 

Mais, je dis aussi qu’importer le peuple syrien n’est pas la bonne solution.

Et c’est impossible de faire venir tout le pays, car tout le monde en Syrie est en danger! Donc l’effort d’un pays au bon cœur et qui possède une liberté [comme la vôtre] est de faire tout ce qu’il faut pour sensibiliser [aux conséquences de la guerre]. Et convaincre le gouvernement de tout faire pour arrêter cette guerre et d’arrêter de vendre des armes.

C’est avec ces armes – comme celles que le Canada produit et qui sont vendues dans les pays du golfe – c’est avec ces armes qui arrivent dans les mains de tous ceux qui se battent qu’on tue le peuple syrien.

 

On n’a aucune idée de combien de morts, de misère, etc. Le fait que ce pays continue à produire et vende les armes, il est en partie responsable de la guerre en Syrie

Le peuple canadien est invité et appelé [son gouvernement], à réfléchir et à prendre en considération que nous sommes conscients de ce qui se passe, qu’on est blessé et qu’on souffre. »

 

Father Mourad during the press conferece in Rome

Père Mourad lors d’une conférence de presse à Rome

Le père Mourad appelle les Canadiens à prier pour le peuple syrien et pour que la paix advienne.

Depuis les débuts de la guerre en mars 2011, Aide à l’Église en Détresse a soutenu le peuple syrien par le biais de projets d’urgence développé par les Églises locales. Que ce soit le soutien au logement pour les personnes âgées et malades qui ne peuvent quitter le pays, ou encore la distribution de lait et de couches, de nourriture et de vêtements chauds, l’œuvre pontificale a soutenu jusqu’à maintenant à hauteur de plus de 19 millions de dollars.

Les projets se poursuivent. En plus du renouvellement du programme de lait et de couche, l’organisation soutient des prêtres âgés et des religieux qui sont au bord de l’épuisement par des envois d’intentions de messe. Enfin, 600 familles recevront un soutien pour se chauffer cet hiver, le prix du mazout étant prohibitif.

 

 

 Entrevue et texte par Mario Bard, AED Canada

 


 

 

 

 

 

 

Communiqué – 3e messe pour les chrétiens persécutés

17.10.2016 in AED Canada, Mario Bard, Messe pour les chrétiens persécutés, Persécution, Voyager avec l'AED

Aide à l’Église en Détresse Canada

3e Messe pour les chrétiens persécutés

 

Le vendredi 4 novembre prochain, l’archevêque de Montréal, Mgr Christian Lépine, présidera pour la 3e année consécutive une messe dédiée aux chrétiens persécutés, célébrée à 19 h 30, à la cathédrale Marie-Reine-du-Monde de Montréal. En collaboration avec Aide à l’Église en Détresse Canada, cet événement se veut un moment de solidarité spirituelle avec ceux et celles qui, jour après jour, subissent la persécution à cause de leur croyance religieuse.

 

« Notre rapport sur la liberté religieuse sort le 15 novembre prochain », indique Marie-Claude Lalonde, directrice d’Aide à l’Église en Détresse au Canada. « Cet instrument d’information rappelle que, lorsque l’on parle de religion, la persécution n’est souvent pas bien loin. De plus, il semble que la situation ait empiré dans 11 pays qui étaient déjà en observation lors de la publication du précédent rapport en 2014. »

 

« Malheureusement, aux côtés de leurs frères et sœurs d’autres traditions religieuses, ce sont les chrétiens qui sont les premières victimes de la persécution », ajoute la directrice. « Un temps de prière qui leur est accordé de la part de leurs coreligionnaires catholiques est la moindre des choses, et nous sommes très reconnaissants à Mgr Lépine pour ce temps essentiel de réflexion et d’union spirituelle entre ceux qui souffrent de persécution, et ceux qui jouissent d’une des plus grandes libertés religieuses! », estime Mme Lalonde.

Symbole de cette persécution, à Bagdad en Irak : les tuniques des deux jeunes prêtres assassinés en pleine célébration de la messe, le dimanche 31 octobre 2010, basilique Notre-Dame-du-Sauveur. (photo : Father Yoannis Lahzi Gaid

Symbole de cette persécution, à Bagdad en Irak : les tuniques des deux jeunes prêtres assassinés en pleine célébration de la messe, le dimanche 31 octobre 2010, basilique Notre-Dame-du-Salut. (photo : Father Yoannis Lahzi Gaid)

 

Un trio de jeunes musiciennes et chanteuses – dirigé par l’auteure-compositrice-interprète Marie-Jeanne Fontaine – animera la partie musicale de la messe. « Nous espérons que plusieurs autres jeunes se joindront à nous. Nous leur lançons un appel spécial à devenir de plus en plus solidaire de leurs frères et sœurs dans la foi », conclut Mme Lalonde.

La cathédrale Marie-Reine du Monde se trouve au 1085 rue de la Cathédrale,
métro Bonaventure. Pour plus d’informations, téléphoner au 514-932-0552, ou bien au numéro sans frais : 1-800-585-6333. Merci de partager cette information dans vos réseaux!